Les jardins du roi d’Alan Rickman

C’est une nouvelle rubrique que nous inaugurons aujourd’hui sur Passionchateau : La critique de films, ces derniers faisant souvent la part belle aux châteaux, imagerie romantique et nostalgique les châteaux pourrait être eux mêmes une allégorie de l’imaginaire cinématographique. Mais revenons à nos moutons, j’écrirai un poème sur les châteaux et le cinéma un autre jour. J’inaugure donc cette rubrique avec le deuxième film réalisé par Alan Rickman et actuellement en salle : Les jardins du roi (A little Chaos) avec Kate Winslet, Matthias Schoenaerts et Alan Rickman lui même en Louis XIV, je ne l’ai jamais fantasmé et pourtant il l’a fait, merci Alan !

_D3S5979.NEF

Les jardins du Roi c’est l’histoire d’André Le Nôtre, paysagiste mondialement reconnu à qui l’on doit notamment les très petits riquiqui jardins de Versailles, qui cherche quelqu’un pour construire le Bosquet des Rocailles, mais si vous savez, cette petite cascade avec des arènes comme dans la Grèce antique, vous remettez ? Intervient donc le personnage totalement fictif de Sabine De Barra qui en plus d’éveiller la créativité d’André Le Nôtre, éveillera également ses autre sens. Malheureusement l’histoire ne s’arrête pas là les déformations volontaires de celle avec un grand H non plus : ajouts de détails anachroniques qui m’ont fait bondir plus d’une fois de mon siège, rebondissements mélodramatiques que même Shakespeare – qui est sans cesse rappelé dans les critiques concernant ce film – n’aurait pas osé faire. Alan Rickman n’avait clairement rien à dire de plus que son pitch de deux phrases et ça se ressent, c’est plat, long – deux heures alors qu’une heure et demie aurait déjà été plus que suffisant – et le pire c’est qu’historiquement on apprend rien du tout et ça c’est dramatique.

jardins du roi kate

Alan Rickman fait le job, Kate Winslet est éblouissante et je me demande bien comment elle fait pour capter encore plus la lumière en vieillissant – m’est avis qu’elle cuisine des cupcakes aux chefs opérateur, je fais pareil. Quant à Matthias Schoenaerts il est insupportable de mollesse, un air de chien battu pendant les deux heures de film, mou même pendant les scènes de sexe – ma blague est trop marrante – et pourtant mec, c’est Kate Winslet tu pourrais faire un effort et c’est même pas difficile enfin ! Les seconds rôles sont insignifiants ni mal ni bien castés, juste là pour meubler.

Quant à la photographie de ce film, elle est sublime ! Tourné sur pellicule avec une lumière divine, rappelant, parfois, les tableaux de cette époque. On peut cependant regretter que le film se soit tourné intégralement en Angleterre, qui a certes gardée ce côté romantique XVIIe siècle mais quant on joue avec l’histoire de France on peut aussi jouer avec les paysages de cette dernière, sans parler du plan final entièrement fait sur ordinateur qui pue le pixel à plein nez. J’éviterai de chipoter – encore une fois – sur l’anachronisme des costumes et des coiffures mais qui a envie de voir les chicos pourries de Madame de Montespan je vous le demande !

jardin du roi Louis

Je voulais conclure sur ce bon mot, mais je vous invite quand même à voir ou revoir le premier film d’Alan Rickman L’invité de l’hiver (The Winter Guest) et toi Alan si tu me lis, ne m’en veux pas, ne t’en veux pas non plus ça arrive à tout le monde de faire des erreurs, je t’aimerai toujours.

Cet article a été écrit par Angélique (ses articles / Site Internet)
Publié le dans Aile Ouest, Cinema / TV

Laisser un commentaire

NOM EMAIL SITE WEB

COMMENTAIRE